Ce programme de coopération scientifique et académique internationale est financé par la région Auvergne Rhône Alpes.

 

Les chercheurs et laboratoires de la ComUE Univ. Grenoble Alpes et de l’Université d’Oxford collaborent depuis de nombreuses années. En témoigne la diversité des actions conjointes recensées par la direction des relations internationales de la Ville de Grenoble et publiées en 2017 dans un document de synthèse.

Les collaborations entre ces deux universités prennent d’autant plus de sens que les villes de Grenoble et Oxford sont jumelées depuis trente ans. S’offrent ainsi de nombreuses opportunités de projets et d’actions de recherche et de pédagogie en étroite collaboration avec les collectivités territoriales afin de répondre aux enjeux sociétaux du 21ème siècle.

L’un des principales actions menées dans ce cadre en 2017 était inscrite dans le cadre du programme `Summer schools’ porté par l’IDEX Univ. Grenoble Alpes. Organisé par le LabEx AE&CC de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, le colloque Santé & Territoire a réuni des chercheurs, techniciens, élus et étudiants de Grenoble et d’Oxford pour échanger et débattre autour des principaux enjeux liés à la santé en milieu urbain : la précarité énergétique et ses conséquences sur la santé les plus démunies; la prise en compte du vieillissement des populations dans les politiques urbaines, en particulier dans celles liées au logement ; la place de la santé dans les politiques publiques locales ; la mobilité dite active ; les projets opérationnels visant à intégrer la santé dans le processus de conception architectural et urbain.

Le succès de cet événement transdisciplinaire et inter-métiers a contribué à la formalisation des collaborations entre la ComUE Univ. Grenoble Alpes et l’Université d’Oxford : un accord-cadre a ainsi été signé entre les deux institutions début février 2018. C’est dans le cadre de cet accord que le présent projet de coopération universitaire et scientifique est présenté.

Si les collaborations entre chercheurs des deux sites universitaires couvrent un large éventail de champs disciplinaires, le projet présenté ici est plus particulièrement fondé sur les coopérations entre l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et plus particulièrement le LabEx Architecture, Environnement & Cultures Constructives et l’Environmental Change Institute de l’Université d’Oxford, autour de différents enjeux liés à l’énergie et à la santé.

Suite au colloque Santé & Territoire, une réunion de travail a eu lieu à l’Environmental Change Institute en janvier 2018 pour permettre à des chercheurs des deux centres de recherche, en collaboration avec des représentants des collectivités territoriales, d’établir les bases de projets partagés et de constituer une réponse à l’appel à projets de la Région Auvergne Rhône Alpes.

Les enjeux territoriaux sont par nature transdisciplinaires. Le projet de partenariat scientifique présenté ici est donc structuré autour de trois axes de travail qui `traversent’ plusieurs des DomEx de la Région Auvergne Rhône Alpes : bâtiment et construction ; énergie ; santé.

 

 

Objectifs

Axe « Réhabilitation thermique et santé »

La réhabilitation thermique, en particulier du parc de logements existants, est un enjeu majeur pour le 21e siècle.

Cet axe s’appuie sur les compétences pluridisciplinaires des chercheurs de l’Environmental Change Institute de l’Université d’Oxford et du LabEx AE&CC pour d’une part, mieux identifier les freins à la réhabilitation, d’autre part amorcer un travail collaboratif permettant à terme de répondre à des appels à projets internationaux et de mettre en place des thèses en co-tutelle (voir perspectives d’évolution). Les liens étroits que les deux centres de recherche entretiennent avec les bailleurs sociaux offrent une possibilité de construire un projet visant l’élaboration de solution pouvant être expérimentées à échelle réelle et répliquées. 

 

Axe « Exposer la frugalité »

Cet axe s’inscrit dans la continuité de celui initié dans le cadre du programme ENSAG_UH financé par la Région AuRA en 2017-18. Il est centré sur les innovations constructives et les dispositifs de promotion (expositions, concours d’architecture) dont se sont accompagnées les cités jardins et villes nouvelles britanniques du 20e siècle.

Le travail entre dans le cadre d’une thèse de doctorat lancée 2017. Elle s’intéresse aux expérimentations qui ont eu lieu dans la ville nouvelle de Milton Keynes, autour de la question de l’énergie, en particulier les expositions tenues entre 1981 et 1994 autour de la création d’habitats efficients d’un point de vue énergétique. Les prototypes, mis sur le marché suite aux expositions, sont encore habités à l’heure actuelle. Ces prototypes forment une partie du corpus de la thèse et seront analysés du point de vue de leur conception architecturale au regard de l’enjeu énergétique. L’intérêt de Milton Keynes comme terrain de recherche tient au fait que, depuis la réalisation de ces prototypes jusqu’aux projets territoriaux actuels, fondés sur la mise en place d’une ville « bas carbone », Milton Keynes semble retracer l’évolution du paradigme de la frugalité énergétique, à différentes échelles.

Le présent projet de coopération scientifique permettra à la doctorante de réaliser son travail de terrain. Une partie du travail se fera à Milton Keynes. L’accord avec l’université d’Oxford permettra en outre de réaliser une partie du travail de recherche documentaire au sein de l’Environmental Change Institute, dont l’énergie est l’un des principaux axes de travail. Il est en particulier prévu un séjour de plusieurs semaines au sein de l’équipe Low Carbon.

 

Axe « Concevoir la ville-santé »

En ce début de 21ème siècle, la santé fait son grand retour dans le domaine de l’urbanisme, tant sur la scène politique que dans le monde de la recherche où se multiplient les travaux qui mettent en évidence un certain nombre d’inquiétudes, notamment liées au surpoids, aux problèmes respiratoires ou encore au stress dont les causes sont en partie attribuées aux caractéristiques de l’environnement bâti. Cet axe de recherche porte sur une nouvelle initiative, les Healthy New Towns, lancée par le National Health Service britannique. 

Cet axe de recherche porte sur l’analyse de deux des dix projets sélectionnés dans le cadre du programme: Barton Park et Bicester, dans l’Oxfordshire.

Nous faisons l’hypothèse que la conception et la réalisation de ces projets, portés par des organismes publics, privés et associatifs issus de secteurs aussi divers que l’urbanisme et l’architecture ou la santé, nécessite une reconfiguration des jeux d’acteurs impliqués dans la fabrication de la ville. Les chercheurs impliqués dans cet axe mettront à l’épreuve cette hypothèse sur le terrain, au travers d’entretiens avec les acteurs concernés. Cet axe comprend en outre une action de mobilité courte sortante pour des étudiants de master (voyage d’étude à Oxford sur le thème de la santé, en partenariat avec la Ville d’Oxford).