Aysegül CANKAT

Docteur, Maitre-assistante TPCAU, architecte

FORMATION

Habilitation à Diriger des Recherches en géographie/études urbaines et environnementales en cours, sous le parrainage de Madame Monique Moreau Poulot, Professeur en géographie, HDR, à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, ED 395 Milieux, cultures, sociétés du passé et du présent. Sujet de la HDR « Hors cadre, les multiples territoires de l’architecte », l’œuvre première à présenter « l’habitat informel/spontané comme référence et culture pour l’architecte : les gecekondu à Istanbul ».

Le 8 Janvier 2011 : Doctorat en histoire de l’art, thèse soutenue le 8 janvier 2011 à l’INHA, Paris, mention très honorable avec les félicitations du jury, Université de Paris1 – Panthéon-Sorbonne, sous

la direction de Dominique POULOT, PR Université Paris 1.

Juin 1998 : DEA « Histoire des relations et des interactions culturelles internationales » à l';Université Pierre Mendès France.

Juin 1984 : Architecte DPLG, diplômée de l'Ecole d'Architecture de Grenoble.

 

PARCOURS PROFESSIONNEL

Octobre 2005 à ce jour : Maître assistant titulaire à l’ENSA de Grenoble discipline TPCAU

Octobre 2002 à septembre 2005 : Maître assistant titulaire à l’ENSA de Nancy, discipline TPCAU,

Depuis le 21 septembre 2016 à ce jour : membre du laboratoire de recherche, Cultures Constructives, Unité de Recherche « Architecture, Environnement et Cultures Constructives », AE&CC,

Décembre 1992 – 20 septembre 2016 : membre du laboratoire « les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes- territoires »,

1998 – 2002 : maître assistant associé à l’ENSAG

1993 – 1997 : enseignant vacataire à l’ENSAG et 1995-1996 à l’Université de Savoie

1986 – 1992 : exercice libéral et en agence

 

ACTIVITES PEDAGOGIQUES

 

Cycle master

Responsable de l’enseignement du projet, master II, semestre 1

Villes, territoires métropolitains, sociétés

La nécessité du redéploiement et du renouvellement des connaissances et compétences de l’architecte, liée à la triple question des territoires vivables et soutenable, des relations local-global et de la solidarité sociale, et de la solidarité rend indispensable d’inventer et expérimenter des méthodes et outils susceptibles d’y répondre. Dans le cadre de l’enseignement proposé, se met à l’œuvre la méthode qui considère le territoire comme premier paramètre du projet pour que la pensée environnementale, au-delà d’être une simple technicité obligatoire, soit capable de le structurer en permanence, de manière à construire le projet comme « question au territoire », par des allers et retours permanents entre les échelles de pensée et d’action. Alors, les actions en local se mettent en place comme des points d’impulsion des dynamiques nouvelles ou points de consolidation des transformations en cours. Le projet se construit comme un « possible » en cohérence avec les spécificités du territoire et se finalise sous forme de scénarios qui sont prétextes à le requestionner. La conception de l’espace en tant que système de relations contribue à déplacer le regard de la forme vers le  processus. Ceci implique également de représenter cet espace de façon multiple. Alors, il est porté^une attention particulière aux outils et modes de représentation « dynamiques » qui s’expérimentent de manière privilégiée.

Responsable de l’encadrement des mémoires en master I, semestre 1 et 2

Dans la dynamique de renouvellement en cours, changer de point de vue, inverser le regard, requestionner les certitudes, oser les hypothèses constituent quelques unes des attitudes qui nous semblent nécessaires. C’est l’expérimentation de ce changement, portée par l’objectif de la formulation d’une pensée critique personnelle qui va guider le travail de mémoire, autour des thèmes proposés. Il s’agit d’énoncer une problématique, de construire une méthode avec les outils propres à l’architecture dans sa pensée et son faire et de proposer une écriture cohérente et argumentée d’un contenu propre à chacun des travaux.

Participation aux enseignements du parcours mention recherche

Membre du jury des PFE et des PFE recherche

 

Cycle licence

Paysages, usages, voisinages : la Villeneuve, notre quartier. Responsable, 30h, TD et CM

L’enseignement s’organise autour d’un travail intensif qui a comme lieu d’investigation le quartier de la Villeneuve à Grenoble (celui de l’ENSAG) et fédère des enseignants des différents champs disciplinaires. Deux phases spécifiques constituent deux temps forts. La première est celle de la découverte du grand paysage et de l’ensemble de la Villeneuve et notre relation à ces grandes échelles par le corps et diverses perceptions : représentations sensibles, narratives, analytiques. La deuxième est celle de la découverte des lieux, espaces et usages en local, de la rencontre avec les habitants. Les invisibles, les surprises, les cachés, les relations deviennent porteur de petits programmes co-construits avec les habitants. Ces idées programmatiques se matérialisent par la représentation des principes d’organisation spatiale et de possibilités d’usages, et non par celle des espaces finis et construits, pour permettra, au moment de la restitution, de continuer à discuter des propositions de manière ouverte 

Cultures de l’habiter Responsable, 20h, CM

L’habitat interpelle la notion d’habiter qui replace l’homme dans son milieu et questionne tout dispositif qu’il met en place pour fabriquer son (ses) lieu(x) de vie. Habiter, à son tour, interpelle les différents espaces de pratique dans leurs spécificités et leurs complexités. Les lieux, les espaces et les pratiques sont entrlacés par la culture, par la présence active de l’homme comme pluri-habitant. L’enseignement sensibilise à la diversité des cultures de l’habiter, avec une attention particulière à la soutenabilité et aux contextes hors « Occident » dans l’objectif d’élargir la culture  architecturale par la connaissance de multiples manières d’habiter, de penser et de représenter le monde. 

Encadrement de stages, d’années d’échange, de rapports d’études, de HMONP.

 

ACTIVITES DE RECHERCHE

 

Membre du laboratoire de recherche Cultures Constructives (AE&CC) depuis le 21 septembre 2016

Membre du laboratoire de recherche MHAevt, décembre 1992 – 20 septembre 2016

Deux axes principaux organisent les recherches menées

1) – les processus de fabrication spatiale « hors cadre », connaissance, référence et culture pour l’architecte 

2) - le projet d’architecture comme question (au territoire), multiplier les statuts pour démultiplier la force

1) - la ville et l’habitat spontanés, l’autre culture de l’architecte 

La convivialité et la diversité des espaces, dispositifs et systèmes de relation édifice-ville, de l’habitat vernaculaire historique a attisé notre intérêt pour la valeur accordée à la production spatiale spontanée, fruit d’un processus contemporain sans architecte et sans planification. Au-delà de constituer des espaces intermédiaires, les dispositifs spatiaux inventés par les populations locales, aidés de la topologie rusée, sont remarquablement efficaces. Ils permettent les différentes activités nécessaires à la vie, comme à la survie, des habitants. Un travail, d’une part très précise, et, de l’autre, très sensible est en cours dans différents quartiers d’habitat spontané à Istanbul. L’inscription de la démarche empirique dans une perspective historique et théorique convoque d’autres champs disciplinaires, comme le droit, la sociologie, la philosophie, l’écologie. C’est à partir de la diversité de l’habitat spontané et de la comparaison de cultures urbaines historiques, que ce travail continue, l’objectif étant, d’une part, de produire de la connaissance pour fonder scientifiquement l’intérêt de ce type de production spatiale, et de l’autre, d’élargir le champ des références projectuelles inhérentes à la pratique architecturale contemporaine. les espaces - dispositifs - systèmes de relation, les gradations et les négociations Un des deux outils développés dans le cadre de la thèse, la typologie comme séquence narrative, nous a permis d’appréhender la fabrication spatiale vernaculaire par les espaces, dispositifs et systèmes de relation, de manière à croiser l’espace physique de l’édifice et de la ville avec les usages qui y prennent place, au moment de l’action. Ainsi attrapée, la séquence, sans à priori ni hiérarchie, révèle l’espace dans sa dimension historique qui se réactualise en permanence par l’usage du moment de l’action. Pour le quadriennal 2016-2020, nous voulons poursuivre l’investigation par la mise en veille temporaire de la notion d’espace public/espace privé, puisqu’inopérante pour les usages et les espaces qui permettent les relations. Ce couple juridique emprisonne et paralyse toute réflexion et projet sur les usages et partages de l’espace. Nous proposons une gradation d’usages, du plus intime au plus commun passant par le partagé. C’est également à partir des espaces ouverts comme système habité que nous mènerons ce travail. Les travaux des architectes comme Giancarlo de Carlo, Georges Candilis ou encore de Sou Fujimoto, servent de corpus à cet axe de travail. La production sans architecte devient donc un laboratoire de connaissance à puiser et un territoire d’expérimentation pour l’architecte, lui permettant de construire des savoirs à partir des savoir-faire. L’architecte, mettant en action sa capacité à abstraire les qualités spatiales de leurs conditions de production, les réactualise et les recontextualise en continu dans une inventivité permanente.les cultures de l’habiter comme histoire active S’intéresser aux savoir-faire et à la production spatiale spontanée nous a incité à nous rapprocher de l’habitus et des schèmes énoncés dans leurs acceptions qui nous intéressent par Pierre Bourdieu, comme concepts opératoires de la fabrication vernaculaire. Produit de l’histoire, l’habitus produit des pratiques individuelles et collectives, donc de l’histoire, il assure la présence active des expériences passées tendant à garantir la conformité des pratiques et leur constance à travers le temps. Passé qui survit dans l’actuel et qui tend à se perpétuer dans l’avenir en s’actualisant dans des pratiques structurées selon ses principes. Ces principes, cette « loi intérieure », nous questionne sur les formes de rationalité, pensées souvent suivant la géométrie euclidienne. Or, pour Descartes, un des traits de la pratique rationnelle est bien celui d’obéir aux lois et coutumes du pays. La rationalité qui peut être pensée en dehors d’une conformité avec une loi universelle forcément partagée ouvre d’autres perspectives de scientificité au processus de fabrication spatiale spontanée et vernaculaire. La rationalité aléatoire qui opère par les détournements et étonnements, la rationalité topologique qui opère par les qualités de voisinage, de continuité, de relation constituent les champs connexes de l’axe  de recherche. L’architecture vernaculaire, produit des savoir-faire et de la transmission culturelle, nous intéresse par ailleurs par sa valeur patrimoniale vivante et dynamique. En effet, en tant que matérialisation des cultures de l’habiter et des modes de vie des gens, elle interroge les processus de patrimonialisation et de préservation-transmission. La vie des gens investit les lieux et se cristallise en tant qu’espace, parfois de manière très légère, facilement effaçable. Le regard instruit de l’architecte ainsi que ses outils spécifiques permettent de rendre visible la valeur habitée vivante du vernaculaire. 

2) - le projet d’architecture comme question au territoire

Dans le cadre de l’enseignement du projet, le territoire est considéré comme système de transformation en acte. Il devient le paramètre premier du processus projectuel pour que la pensée écologique soit capable de le structurer en permanence. Cette attitude participe à la construction du projet d’architecture comme « question au territoire », par des allers et retours permanents entre les échelles de pensée et d’action. Le travail en partenariat avec les collectivités territoriales, locales et internationales, est une préoccupation continue et maintenue chaque année, pour introduire les futurs 
architectes aux enjeux du projet d'architecture et à la complexité du jeu d'acteurs. Le territoire en tant qu’espace physique de questionnement et de pensée du projet d’architecture, par sa capacité à contenir les lieux de l’énonciation de la complexité simultanément aux lieux d’actions, et par sa capacité à articuler cette multitude dans un système en transformation continue nous avait permis d’en faire un domaine de la recherche en architecture où l’histoire « à rebours » se rappelle à nous architectes avec insistance. Cet axe, par les questions d’architecture posées à l’histoire, parce que les faits d’aujourd’hui et ceux à venir nous interrogent, nous permet d’adopter une attitude qui se rapproche de celle d’Elysée Reclus. Nous pensons l’espace construit et habité comme un ensemble de systèmes articulés, et en perpétuelle interaction et transformation, et nous posons le projet d’architecture comme question au territoire. En effet, « Ne retenir qu’un seul élément, tel trait du relief, de la végétation ou du climat, comme s’il existait séparément, c’est absurde », disait Elisée Reclus, « le milieu est infiniment complexe, il n’est pas statique mais dynamique ». Ce changement de qualification permet au projet d’architecture dans le cadre de la recherche et également de l’enseignement en master, de changer de statut, il devient « hypothèse » plutôt qu’une réponse finie à une commande précise. la représentation dynamique, de la description à la narration Les outils dynamiques de représentations s’expérimentent, se développent et se requestionnent dans le cadre de l’enseignement du projet en master et dans le cadre des travaux de recherche sur l’habitat vernaculaire, l’histoire de la ville ainsi que l’habitat spontané. Passer d’un dessin précis d’analyse à un certain niveau d’abstraction, et par-là même à la conceptualisation, permet d’en faire un outil de pensée et d’action, du local au générique. Cette abstraction permet la spatialisation d’un système, d’un type, d’une figure, d’un processus dynamique. Le dessin comme processus de recherche a la capacité d’énoncer une pensée (du projet). La mise en perspective historique de cet axe est le moment de mobiliser un corpus de représentations et de textes qui nous semblent fondamentaux.

Publications sur HAL

2014

Article dans une revue

titre
Inscrire l'impermanence dans la durée par le fondement scientifique
auteur
Aysegul Cankat
article
Le Philotope, Réseau Philau, 2014, pp.81-88
Accès au bibtex
BibTex

Communication dans un congrès

titre
Habiter dans les espaces du dehors : les gecekondu à Istanbul
auteur
Aysegul Cankat
article
Cité de l'architecture. Table ronde, programme Téhéran, projections d'une ville, May 2014, Paris, France
Accès au bibtex
BibTex
titre
L'histoire et le territoire, l'insularité comme dynamique : l'île d'Ouessant et l'île de Gökçeada
auteur
Aysegul Cankat
article
Conférence dans le cadre de la séance de clôture des enseignements du département de la planification urbaine et territoriale de MSGSÜ, May 2014, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex
titre
Mimarî Projede Ölçekler Arasi Düsünce Kültürü [la culture de la pensée à l'interrelation des échelles en architecture]
auteur
Aysegul Cankat
article
Communication pour la clôture du séminaire de recherche en master, MSGSÜ, département architecture, May 2014, Istanbul, Turkey
Accès au bibtex
BibTex
titre
Les gecekondu comme laboratoire pour la connaissance en architecture : inverser le regard pour apercevoir
auteur
Aysegul Cankat
article
Conférence dans le cadre du séminaire " gecekondu comme expérimentation spatiale ", Feb 2014, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex

2013

Communication dans un congrès

titre
Les quartiers de gecekondu à Istanbul, espaces imbriqués, usages entrelacés
auteur
Aysegul Cankat
article
Colloque international "Quartiers, le retour ou la fin", Institut Français d'Etudes Anatoliennes,, May 2013, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex

Autre publication

titre
La thèse comme embrayeur méthodologique. Des outils de production de connaissance aux outils d'énonciation projectuelle
auteur
Aysegul Cankat
article
Espace, Matières, Société. Architecture en recherche. Contributions au séminaire doctoral des ENS.. 2013, pp.131-144
Accès au bibtex
BibTex

2012

Communication dans un congrès

titre
Ekolojik dizgelerin mekan kurucu yetenekleri : kentsel dönüsümden çevresel yenilemeye
auteur
Aysegul Cankat
article
colloque international Greenage II, MSGSÜ, Apr 2012, Istanbul, Turkey
Accès au bibtex
BibTex
titre
Üst Ölçekli Stratejilerle Alt Ölçekli Projeler Arasi Iliskilere Metodolojik Yaklasim [De la pensée stratégique territoriale à l'action locale : questions méthodologiques]
auteur
Aysegul Cankat
article
Table ronde Istanbul'un Büyük Projeleri [les grands projets d'Istanbul], Chambre des architectes d'Istanbul, Mar 2012, Istanbul, Turkey
Accès au bibtex
BibTex
titre
Les passages vernaculaires, des relations émotionnelles
auteur
Aysegul Cankat
article
Colloque international, "Passing, Passage, Arcade", AKSAM, Mar 2012, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex

Chapitre d'ouvrage

titre
Un mythe à Istanbul, l'habitat comme identité communautaire
auteur
Aysegul Cankat
article
Histo.art, vol. 1, n°4, Sorbonne, pp.113-137, 2012
Accès au bibtex
BibTex

2011

Article dans une revue

titre
Haliç bir sistemdir [La Corne d'or est un système]
auteur
Aysegul Cankat
article
Mimarist, 2011, pp.62
Accès au bibtex
BibTex
titre
İstanbul Kara Surları'nı bir dizge olarak algılamak ve anıt ötesi dinamikler içinde korumak [La Muraille terrestre d'Istanbul comme système : des dynamiques de préservation au-delà de la monumentalité]
auteur
Aysegul Cankat
article
Mimarist, 2011, pp.71-73
Accès au bibtex
BibTex

Communication dans un congrès

titre
La soutenabilité face à la spéculation foncière
auteur
Aysegul Cankat
article
GÜMCED. Conférence dans le cadre du séminaire " Le Port d'Ayvacik et l'environnement ", Aug 2011, Büyükhüsun, Canakkale, Turquie
Accès au bibtex
BibTex
titre
Bölge sorgulayici özge olarak mimarlik projesi
auteur
Aysegul Cankat
article
MSGSÜ. Bölge sorgulayici özge olarak mimarlik projesi, [Le projet d'architecture comme question au territoire], May 2011, Istanbul, Turkey
Accès au bibtex
BibTex
titre
Anlatim sekansi olarak tipoloji : bilgi üretmeden mekan üretmeye dogru
auteur
Aysegul Cankat
article
Conférence à l'Université Technique de Yildiz, Apr 2011, Istanbul, Turkey
Accès au bibtex
BibTex
titre
L'habitat ordinaire du XIXe siècle comme patrimoine : Istanbul, du mythe de la communauté à la réalité de la spécificité
auteur
Aysegul Cankat
article
Conférence à l'Institut Français d'Etudes Anatoliennes, Apr 2011, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex
titre
Le monument comme acteur actif et dynamique pour la métropole contemporaine : la muraille terrestre d'Istanbul
auteur
Aysegul Cankat
article
Table ronde Istanbul Kara Surlari, Chambre des architectes d'Istanbul, Feb 2011, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex

Autre publication

titre
La vallée de Cendere à Istanbul : réactiver la géographie pour une métropole soutenable
auteur
Aysegul Cankat
article
IMO Mimarlara Mektup [La lettre aux architectes, de la Chambre des Architectes d'Istanbul], n°153. 2011
Accès au bibtex
BibTex
titre
De la Ceinture verte à la métropole soutenable : Ouagadougou 2015, 2025, 2050
auteur
Aysegul Cankat
article
Contribution à la journée d'études à la Direction de l'Environnement et de la Planification de Ou.. 2011
Accès au bibtex
BibTex

2010

Article dans une revue

titre
Gecekondu : un projet urbain en acte et en puissance
auteur
Aysegul Cankat
article
Urbanisme, Les publications d'architecture et d'urbanisme, 2010, pp.60-61
Accès au bibtex
BibTex

Communication dans un congrès

titre
La ville multiple : l'habitat d'Istanbul, commandes privées et images publiques
auteur
Aysegul Cankat
article
Journée d'études Goûts privés et enjeux publics : les modes de patrimonialisation, INHA, Jun 2010, Paris, France
Accès au bibtex
BibTex

2009

Article dans une revue

titre
Le Mur de Théodose II à Istanbul : penser et agir à l'interrelation des échelles et des enjeux
auteur
Aysegul Cankat
article
Bulletin Europa Nostra, 2009, pp.9-10
Accès au bibtex
BibTex
titre
Büyük ölçek sorgulayicisi olarak mimarlik projesi : Beykoz örnegi [Le projet d'architecture comme questionnement urbain et territorial : le cas de Beykoz]
auteur
Aysegul Cankat
article
Mimarist, 2009, pp.84-87
Accès au bibtex
BibTex

Communication dans un congrès

titre
La spatialité des " gecekondu " : un morceau urbain ordinaire mais pas comme les autres
auteur
Aysegul Cankat
article
Conférence à l'Université des Beaux Arts de Mimar Sinan, Feb 2009, Istanbul, Turquie
Accès au bibtex
BibTex

Autre publication

titre
Istanbul : doga kent - kaynak kent, [Beykoz, Istanbul : ville nature - ville ressources]
auteur
Aysegul Cankat
article
Table ronde " Beykoz, doga, kültür, kent ", Mairie de Beykoz. 2009
Accès au bibtex
BibTex