Clémence DUPUIS

Contrat doctoral du Ministère de la Culture
Titre de la thèse : Construire l’hospitalité territoriale dans les Nouvelles Ruralités. Habitabilité des centres-bourgs dans les campagne en déprise

Diplômes :

2010 : Diplôme d’ Habilitation à la Maîtrise d’Oeuvre en son Nom Propre (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

2008 : Diplôme d’Etat d’Architecte, PFE 17/20 (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

2006-7 : Master 1 d’Architecture (Escuela Tecnica Superior d’Arquitectura de Barcelona (Espagne)

2002-3 : Licence 2 en IUP Ingénierie Économique (Université Pierre Mendès-France de Grenoble )

2001-2 : Licence 1 d’Economie et Gestion (Université Pierre Mendès-France de Grenoble )

 

Structure(s) de rattachement :

Laboratoire Cultures Constructives• Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures Constructives (LabEx AE&CC)

 

Résumé de la thèse : 

Ce projet de thèse porte sur la notion d’hospitalité territoriale comme clef de lecture des processus de revitalisation des petites villes de campagne en déprise. Face aux enjeux d’attractivité et d’amélioration de l’habitabilité de ces territoires, cette recherche proposera de nouveaux schémas de compréhension de la construction de l’hospitalité. L’approche choisie est transcalaire (du centres-bourg au territoire) et systémique (approche globale et transversale du territoire). Nous interrogerons les modalités d’action des professionnels en prise au renouvellement des savoirs et savoir-faire. Le changement de paradigme des « nouvelles ruralités » sera interrogé puisque les ruralités sont aujourd’hui bouleversées dans leur statut et fonctionnalité, leurs représentations et spatialités. L’accroissement des mobilités, l'attractivité foncière, la recherche de confort spatial et d'aménités sont devenues les moteurs conjugués de migrations récréatives, résidentielles et productives vers certains territoires ruraux. Lesquels et pourquoi eux ? L’invention de nouveaux modes d’habiter est-elle devenue un préalable pour constituer l’hospitalité territoriale ? Qu’en est-il en particulier des territoires qui subissent les phénomènes de déshérence, vacance, vieillissement et précarisation des populations ? En lançant, en 2014, le dispositif expérimental de « revitalisation des centres-bourgs », visant à rendre plus « désirables » et plus « habitables » les communes rurales en déprise, les pouvoirs publics ont parié sur la nécessité de rétablir la fonction de centralité même dans les plus petits bassins de vie. Considérant le « projet comme producteur de connaissance » (Vigano 2014), nous étudierons sur le terrain la manière dont ces réhabilitations se conçoivent à la fois dans le projet architectural et dans le projet territorial. Comment font-ils émerger des réponses nouvelles, innovantes voire transférables ? L’hypothèse défendue portera sur les ressorts combinés des systèmes d’acteurs et des systèmes constructifs dans leurs dimensions projectives respectives ; conditions d’une nouvelle hospitalité territoriale des communes rurales en déprise. Notre recherche fera l’objet d’une enquête comparative des dispositifs de revitalisation de centre-bourgs, notamment dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. L’expérience suisse dans les « centres de localité » du canton de Neuchâtel permettra d’examiner d’autres potentialités de cette culture du projet partagé.

 

Mots clés :

Architecture, hospitalité territoriale, habitabilité, centre-bourg, Nouvelles Ruralités

 

Enseignement :

Enseignante contractuelle « Théorie  et  Pratique  de  la  Conception  Architecturale  et  Urbaine  (TPCAU)  à  l’  ENSA  Grenoble

 

Architecte HMO-NP :

Pratique libérale depuis 2008

Architecte en son nom propre et gérante de 2012 à 2018.

 

Contact :

dupuis.c[at]grenoble.archi.fr