Estelle CARLIER

Doctorante
Titre de la thèse : Analyse des dynamiques de territorialisation, application à des collectivités de taille intermédiaire

Structure(s) de rattachement :

Laboratoire Cultures Constructives• Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures Constructives (LabEx AE&CC)

 

Résumé de la thèse : 

Le programme de recherche dans lequel cette thèse s’insère est la « Chaire territorialisation » de la Fondation Université Grenoble Alpes, hébergée à AE&CC – ENSAG. La territorialisation est considérée ici comme étant à la fois un des procédés utilisés par les territoires institués pour adapter l’action publique aux besoins des habitants, usagers et citoyens mais elle est aussi ce que génèrent des acteurs collectifs pour voir prendre en compte leurs besoins. La recherche aura pour but d’analyser les conditions de possibilité de cette rencontre entre démarches descendante et ascendante avec un terrain en France et un autre au Canada. Cette proposition concerne le champ de l’aménagement du territoire, s’inscrit dans la refondation actuelle des sciences territoriales en particulier dans les deux contextes scientifiques français (autour du CIST) et canadien. La mutation contemporaine des institutions territoriales apparait principalement comme un des résultats de la transformation progressive du rôle des Etats ; elle oblige à interroger le processus, les modalités, les instruments et les résultats visés par la réforme de l’architecture territoriale. La territorialisation interroge également la place des habitants, usagers et citoyens dans la construction de nouvelles territorialités. Le choix de la territorialisation comme focale conceptuelle et de l’échelle intermédiaire comme terrain d’enquête répond à un choix théorique et pratique.

L’objectif du projet est d’analyser le double enjeu de la territorialisation dans la réforme aménagiste actuelle en décrivant les pratiques de territorialisation, en qualifiant ces processus dans des contextes variés (en France et au Canada) et en reliant les dynamiques de territorialisation observées à certaines réformes territoriales d’une part et/ou à certaines territorialités d’acteurs collectifs d’autre part. La thèse s’appuiera sur une enquête sur les pratiques de deux catégories d’acteurs : des acteurs publics ayant mis en place des dispositifs de territorialisation et en premier lieu quelques-uns des départements qui le font depuis plus de 10 ans ; des acteurs collectifs qui, pour mettre en œuvre leur projet, ont construits leurs propres territorialités exprimant parfois une demande de soutien, notamment public.

 

Mots clés :

Territorialisation, acteurs collectifs, départements, territorialités

 

Contact :

carlier.e[at]grenoble.archi.fr