Julie MARTIN

Bourse du Ministère de la Culture et du LabEx AE&CC
Titre de la thèse : Le territoire comme poïesis de l'architecture. Un essai de renouvellement de la pensée et de la pratique du projet.

 

Diplômes

2005/ Architecte Dplg -­ Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble
Présentation du travail de fin d’étude : "Vacances urbaines : de nouveaux territoires d’expressions", sous la direction de Philippe Liveneau,enseignant chercheur architecte professeur et Bruno Queysanne ,enseignant, historien de l’espace architectural, philosophe, chercheur.

 

2002-­2003/ ETSAM, Madrid, spécialisation paysage dans la thématique "Laboratoire du paysage", sous la direction d’Inaki Abalos, architecte.

 

Structure(s) de rattachement

Laboratoire Cultures Constructives • Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures Constructives (LabEx AE&CC)

 

Résumé de la thèse

Depuis les années 1960, bon nombre d'architectes, d'urbanistes et de paysagistes affirment que le projet, notamment le projet d'architecture, y compris lorsqu'il préfigure la réalisation d'un édifice ou d'un groupe d'édifices, doit être contextualisé ou situé. Refusant l'idée de la tabula rasa, chère aux architectes des Congrès Internationaux d'Architecture Moderne, professionnels et chercheurs cherchent à puiser dans le territoire, les matériaux qui vont nourrir leur pratique du projet. L'objectif de cette thèse est d'analyser cette relation entre territoire et projet, plus particulièrement entre territoire et projet d'architecture. Cette question a fait l'objet de nombreuses analyses. On pense ici à l'approche typo-morphologique de Saverio Muratori (1960), Vittorio Gregotti (1966) et Carlo Aymonino (1971) d'une part, au courant du projet urbain en France avec Philippe Panerai (1997), Christian Devillers (1990), Christian de Portzamparc (2006) d'autre part. Dans le cadre de démarches d'analyse qui portent sur la ville consolidée (les centres historiques et les extensions des XIXème et XXème siècles), l'approche morphologique permet le recueil des éléments (réseau des voies et espaces publics, découpage parcellaire, bâti) sur lequel se fonde le projet d'urbanisme, alors que l'analyse typologique permet le lien entre structures de la ville et projets d'édification. Ma recherche doctorale vise à réexaminer cette question dans le contexte d'une ville contemporaine qui conquiert une part sans cesse croissante des territoires. Ma volonté est de focaliser ma réflexion sur les “territoires intermédiaires“ (Ruegg, 2005). Ce sont des territoires qui ne sont ni urbains, ni ruraux. Ils correspondent à un état de la ville contemporaine caractérisé par la figure de l'hétérogénéité. Les “territoires intermédiaires“ interrogent la possibilité d'une définition spécifique, notamment parce qu'ils mettent en jeu des situations qui ne sont qualifiées, jusqu'à présent, qu'en rapport à d'autres lieux.

Mots-clés de la thèse : Territoire, Edifice, Typo morphologie, Cartographie, Territoire intermédiaire, Ecosophie

Directeur de thèse : Gilles Novarina

 

Publications

Articles scientifiques

Martin, Julie, Paviol Sophie, « Grands territoires : espaces de temps », séminaire Ville, territoire, paysage : vers un réseau de pratiques et de savoirs dans les ENSA(P), Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, 26-27/03/2015.

Martin, Julie, « Biovallée : construire le projet d’un territoire alternatif de référence », in Sylvie Lardon, Alexis Pernet (dir.), Explorer le territoire par le projet, Collection ERPS, vol. 5, Presses universitaires de St Etienne, 2015, pp.169-185.

 

Articles publiés dans des actes de colloques / congrès

MARTIN, Julie, THEPOT, Patrick, intervention « Comment les formes de mise en  discussion du projet d’architecture interrogent  ses  acteurs ? » in Journée d’étude n°3  « De l’ouverture du process projectuel », organisée par le laboratoire les métiers de l’histoire de l’architecture, édifices, villes, territoires, Grenoble, 10 avril 2018.

MARTIN,  Julie, « Le projet comme   hypothèse », Colloque CR05 , Le projet appliqué au territoire : relations , systèmes et complexité. Pourquoi tout peut il sembler projet dans nos sociétés ? conférence, session parallèle 3, 20 et 21 juin 2014.

MARTIN J, PAVIOL S,  PTRUNGNAUD F, VERY F, 2013, "The Architectural Project as Permanent Revolution", Landscape Imagination, conference, Paris 2-4 mai, Italie, Bandecchi et Vivaldi,  p.433

 

Activités pédagogiques

Maître de conférence associée en formation intiale à l'ENSA de Grenoble

Enseignante contractuelle dans la formation professionnelle continue diplômante à l'ENSAG de Lyon

 

Parcours professionnel

Depuis 2011 / Architecte indépendante – collaboratrice externe d’Espace Gaia architectes et ponctuelles avec IAWT, Grenoble et R et D au sein de la société VIEO Habitat Innovant.
Thème : réhabilitation, rénovation, scénographie, construction modulaire, valorisation de sites touristiques, hôtellerie, réseau VAD

 

2006-2010 : Agence d’architecture INCA, Grenoble
Thème : projets Grand site, aménagement du territoire, bâtiments publics, paysage, scénographie

 

2005 - 2006 : Collectif La Dissection et  Collaborations diverses, Grenoble
Thème : intervention espace public, installation, concours

 

2004 - 2005 : Agence d’architecture B612, Madrid collaboration avec Santiago Cirugeda
Thème : intervention espace public, installation, concours

 

Contact

julie.martin@grenoble.archi.fr