Coordination : Romain Lajarge et Patrice Melé

Entrée libre sur inscription jusqu’au 12 septembre 2016 : doodle.com/poll/kcfzk37ymiuzrgew

 

L’objectif de cette journée d’études, organisée par l’axe Actions et territorialisations du CIST, est de mettre en débat et en perspective des travaux sur les modalités de territorialisations de l’action publique dans les domaines de l’aménagement urbain et de la planification territoriale, de la protection de l’environnement et du patrimoine naturel et urbain.
Tout se passe comme si, d’une part, la rhétorique du projet et de la programmation stratégique semblait prendre le pas sur celle de la planification et du zonage, alors que, dans le même temps, les modalités territoriales de qualifications de sous-ensembles spatiaux en fonction de leurs valeurs patrimoniales ou environnementales se multiplient. Ces formes de qualifications juridiques de l’espace et/ou de modalités de gouvernance, de régulation ou de concertation territorialisées dessinent aujourd’hui de nouveaux territoires d’action.
Nous organiserons les débats à partir de plusieurs interrogations :
1. Comment caractériser les contextes d’action créés par ces dispositifs territorialisés et/ou territorialisant ?
2. Au-delà des objectifs des politiques publiques qui les fondent, comment analyser leurs effets ?
3. Ces dispositifs territorialisés et/ou territorialisant contribuent-ils à la diffusion d’une vision particulière de l’espace auprès des populations et des acteurs locaux non institutionnels ? Et laquelle ?
4. Dans quelles mesures peuvent-ils être le support de conflits et controverses et /ou constituer des modalités territorialisées de concertation ou de participation ?
5. Comment saisir les spécificités nationales et est-il possible d’identifier la diffusion de tendances internationales dans ces domaines ?

 

Programme

Aménagement et planification territoriale

Gilles Novarina, AE&CC : Les territoires de la planification
Christophe Demazière, CITERES : La planification spatiale et ses acteurs : du courant communicationnel aux schémas de cohérence territoriale en France

Les Parcs comme instruments d’intervention

Nacima Baron et Aude Cranois, LVMT : Quelles conditions d’appropriation de l’innovation dans les Parcs naturels régionaux ? Les nouvelles mobilités rurales, entre défi technologique et pari politique
Philippe Deboudt, TVES : Le Parc national des Calanques de Marseille : les normes écologiques à l’épreuve d’un encastrement territorial de l’action publique

Territorialiser l’action publique patrimoniale

Arnaud Bernard de Lajartre, Centre Jean Bodin : Planification urbaine et protection des patrimoines : concurrence ou complémentarité ?
Mathieu Gigot, CITERES : Des effets des outils de protection du patrimoine dans différents contextes urbains.

Les intervenants

Nacima Baron est professeur de géographie à l’Université Marne-la-Vallée et enseigne principalement à l’Ecole d’urbanisme de Paris et à l’École nationale des Ponts et Chaussées. Elle est rattachée au Laboratoire Ville Mobilité Transports (LVMT, UMR T 9403). Elle travaille sur les transformations métropolitaines en France et dans l’espace euro-méditerranéen, et notamment sur les questions de mobilités affectant les territoires de marges et périphéries socio-spatiales.
Aude Cranois est doctorante au LVMT et partenaire du programme TEAMM associant le CGET, EDF, le CEREMA et plusieurs parcs naturels régionaux.
Philippe Deboudt est professeur des universités en géographie à l’Université de Lille Sciences et Technologies. Il a soutenu en 2010, à l’Université de Nantes, une habilitation à diriger des recherches intitulée « Contribution à une géographie sociale de la nature littorale ». Ses recherches portent sur l’environnement, les risques naturels, la gouvernance des espaces de nature, la gestion intégrée des zones côtières et les inégalités environnementales. Philippe Deboudt est directeur du laboratoire Territoires, Villes, Environnement & Société (TVES, EA 4477) et directeur de publication de la revue Territoire en mouvement.
Christophe Demazière est professeur des universités en aménagement et urbanisme à l’université de Tours et chercheur à Cités, territoires, environnement, sociétés (CITERES, UMR 7324). Ses recherches récentes portent sur la planification stratégique spatialisée en Angleterre et en France, et sur les effets économiques de l’enseignement supérieur. Sur les villes petites et moyennes, il est responsable d’une recherche pour la région Centre et participe à un consortium pour l’Observatoire en réseau de l’aménagement du territoire en Europe (ESPON). Il nourrit ses travaux de relations régulières avec les acteurs territoriaux (collectivités, agences d’urbanisme, services déconcentrés, opérateurs…), notamment en tant que vice-président de Villes au carré, centre de ressources sur la politique de la ville et le développement territorial.
Mathieu Gigot, ingénieur de recherche à CITERES, est docteur en géographie. Sa thèse portait sur les modalités de patrimonialisation des espaces urbains dans trois villes du Val de Loire (Tours, Orléans et Angers) en privilégiant une analyse des instruments d’action publique mis en place pour prendre en compte le patrimoine dans les politiques publiques locales. Il a ensuite exercé pendant un an à l’ANVPAH & VSSP où il était chargé de mission en urbanisme patrimonial et paysage. Il a pu suivre les débats sur la mise en place de la loi Patrimoines et a travaillé avec bon nombre d’acteurs du champ de l’action patrimoniale, à plusieurs échelles. Il a ensuite été chargé de mission en développement local au conseil régional du Centre-Val de Loire et au Pays de la Touraine Côté Sud.
Arnaud de Lajartre, maître de conférences en droit public, EA Centre Jean Bodin, Université d’Angers, devient spécialiste de droit de l’environnement puis de droit de l’urbanisme à partir des années 2000. Les thématiques du paysage et du patrimoine s’imposent rapidement dans ses activités de recherche, tant dans leurs composantes naturelles que culturelles. Il initie en 2011 des journées d’études biennales (dont il est le responsable scientifique) dédiées aux rapports entre droit et gouvernance du patrimoine architectural et paysager. Ces trois colloques ont alimenté la constitution et la réflexion d’une équipe désormais réunie pour le programme de recherche ANR PLU patrimonial (2015-2019).
Gilles Novarina, professeur à la Cité des territoires – Institut d’Urbanisme de Grenoble (Université Grenoble Alpes), est chercheur au Laboratoire Cultures Constructives, Unité de Recherche (LabEx) AE&CC – ENSAG. Enseignant les théories de l’urbanisme, il est responsable de programmes de recherche comparée à l’échelle européenne sur la planification territoriale, le développement urbain durable et la mobilité. Membre du comité des sages du Plan de déplacements urbains de Grenoble, il a complété son activité de chercheurs par une implication dans la conduite de projets urbains à grande échelle et par des travaux d’évaluation.