Si le constat sur la crise de la matière fait relativement consensus quant à la non soutenabilité matérielle du modèle de développement actuel, les alternatives qui engagent une inéluctable transition sont multiples. Parmi elles, la pratique du réemploi de l’élément et de matériaux de construction, doit être envisagée comme une opportunité, une ressource et non comme une contrainte. Cette pratique permettrait de réinventer de nombreux aspects de notre discipline, l’architecture, en questionnant beaucoup de nos présupposés actuels comme le processus de conception-construction de l’architecture, aujourd’hui standardisé et normalisé afin de répondre aux exigences de performances du système actuel de production du bâtiment; d’autant que l’architecture du XXe siècle est forte d’une riche diversité et représente aujourd’hui plus de la moitié de notre patrimoine construit. 

L’enjeu principal de notre projet de recherche action situé sera de construire un savoir en action en s’appuyant sur les nouvelles stratégies de projet à mettre en place par le réemploi des ressources de l’architecture XXe siècle. L’hypothèse que les pratiques de réemploi et les attitudes qui lui sont liées participent à la rénovation des modes de production de l’espace, du bâtiment à la ville. Mais également que le patrimoine architectural du XXe siècle, hétéroclite mais non pas moins riche peut se révéler être un gisement de ressources hors norme, riche d’enseignement à ré-exploiter dans l’architecture d’aujourd’hui et de demain pour en consolider son rôle identificatoire. Le projet présenté consiste à considérer ce patrimoine de ressources, tant matérielles qu’immatérielles, comme potentiel initial de projet d’architecture. Appliqué dans le cadre des modules d’optionnels de Master 2 à l’ENSA de Grenoble, ce projet se fonde sur une approche interdisciplinaire entre les formation architecte et ingénieur de l’Université Grenoble Alpes, mais également entre enseignement, recherche et pratique professionnelle de manière à construire une méthodologie itérative entre laboratoire et terrain, propre à un territoire particulièrement celui de la ZAC Flaubert.

Divers études ont déjà été réalisées notamment sur les problématiques d’application du réemploi dans l’architecture et les travaux publics dans le contexte des processus actuels (ADEME, CIFFUL, REPAR). De ces documents de référence aux perspectives générales et techniques d’application, nous travaillerons à leur mise en œuvre de manière locale et territorialisée. Il s’agira de démontrer comment le réemploi d’éléments, de produits, de matériaux de construction de l’architecture du XXe peut insuffler/provoquer/suggérer des modes de conception et de construction plus locaux et soutenables et ce, à l’échelle du territoire local de la ZAC Flaubert à Grenoble. Cette approche territorialisée est rendue possible grâce à un partenariat de travail avec l’aménageur de la ZAC Flaubert, La SAGES-Innovia, déjà rigoureusement engagée dans des dispositifs d’aménagements répondant aux ambitions de la ville en transition. Il ne s’agit pas, avec le réemploi, de revenir à des pratiques archaïques dans une démarche passéiste, mais de se pencher sur la complémentarité des pratiques intuitives pour les réinsérer, les mettre en tension, avec nos pratiques contemporaines de concepteurs, de constructeurs, de penseurs de l’architecture, de la société et de l’environnement. L’objectif est alors de permettre aux étudiants et acteurs de la construction impliqués dans le projet de repenser la manière de penser l’architecture et ce, dès les prémices de la construction, en partant, dans ce cas-ci, des ressources matérielles et immatérielles qu’offre l’architecture du XXe majoritairement présents sur la ZAC Flaubert. C’est une occasion par ailleurs de consolider un réseau d’acteurs du réemploi déjà dense mais clairsemé, de le dynamiser et de le densifier afin d’assurer et d’alimenter une économie circulaire locale et territoriale.

 

Mots clés

Réemploi – ressources matérielles et immatérielles – matière / produit / éléments de construction – détournement – territoire– Exploration/Expérimentation/fabrication – inventaire – imaginaire –

conception architecturale – construction – pédagogie par le faire – interdisciplinarité / Architecture du XXe-

 

 

PROGRAMME INTERMINISTÉRIEL DE RECHERCHE ET D’EXPÉRIMENTATION EN ARCHITECTURE 2016-2020

ARCHITECTURE DU XXe SIÈCLE, MATIÈRE À PROJET POUR LA VILLE DURABLE DU XXIe SIÈCLE Outils conceptuels et techniques pour le recyclage, la transformation et la restauration des architectures récentes