RÉEMPLOI ET MOBILITÉ DOUCE, une expérimentation pédagogique.

 

Réinterroger le processus de conception et sortir du cadre conventionnel pour réinventer les manière de collaborer illustrent les 2 objectifs de l’expérience pédagogique exposée à l’occasion de la Biennale de la Ville en Transition à Grenoble (9-12 mars 2017).

Cette exposition présente le travail mené dans le cadre de l’atelier Conception collaborative & Réemploi, réunissant 12 étudiants ingénieurs de master 2 de l’Université Grenoble Alpes et 22 étudiants architectes de master 2 de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.

Cette atelier prend également part au programme interministériel de recherche et d’expérimentation en architecture 2016 intitulé Réemploi et conception architecturale, que le Laboratoire Cultures Constructives conduit actuellement. (http://culturesconstructives-aecc.com/une-recherche-action-interdisciplinaire-sur-la-zac-flaubert-a-grenoble-reemploi-et-conception-architecturale-2508/)

 

Une sensibilisation à la pratique du réemploi

L’approche singulière du processus de production du bâti proposée par le réemploi est peu abordée et enseignée dans les formations en architecture. L’enjeu était de faire découvrir aux étudiants les principes du réemploi, en les confrontant à un petit projet d’abri vélo. Via ce projet, l’étudiant a pu découvrir l’ensemble d’un processus permettant la réalisation d’une architecture en matériaux de réemploi et ainsi percevoir l’impact de cette pratique sur la méthode de conception et de réalisation.

 

Une conception collaborative

Les étudiants ont été amenés à travailler en groupes mixtes architectes et ingénieurs. Les pratiques de réemploi amènent à effacer les limites entre les compétences de l’architecte et celles de l’ingénieur, et invitent chacun à requestionner ces méthodes de conception.

 

Deux des projets d’étudiants ont été aboutis et construits à l’occasion de la Biennale.