Session : Approche écosystémique, intelligence territoriale et engagement des parties prenantes dans la ville durable

 

Spatialiser la transition socio-écologique: 

L’articulation recherche / pédagogie / acteurs territoriaux pour saisir les “écosystèmes énergétiques territoriaux” en milieu rural

Anne Coste, Nicolas Dubus, Stéphane Sadoux 

Les scénarios de transition socio-écologique fixent des objectifs chiffrés et proposent des pistes pour y parvenir. Il revient aux disciplines de projet d’envisager cette transition sous l’angle de la spatialisation. Ces enjeux ont considérablement fait évoluer nos méthodes de recherche et nos pratiques pédagogiques en les ancrant très fortement dans des « écosystèmes socio-énergétiques territoriaux ». Par cette notion, nous entendons une approche ancrée localement, holistique et systémique, tentant d’intégrer par le projet spatial les dimensions techniques, humaines et sociales de l’énergie et d’identifier les synergies locales que nous visualisons dans des « maquettes sociales ». Si ces projets et recherches n’aboutissent pas directement à des « réalisations », ils ont l’ambition de faire évoluer les regards et montrer des futurs opérationnels possibles. Cette communication témoignera d’expériences de travail sur le terrain s’appuyant sur la dimension prospective du projet et la mobilisation des habitants et acteurs des territoires. Notre position académique nous permet d’être plus prospectifs qu’une organisation opérationnelle classique (intégration de réflexions à plusieurs échelles, multiprogrammatiques, pluridisciplinaires, etc.). En tentant de penser autrement la nouvelle alliance homme / territoire qui se dessine dans le contexte de ce pacte énergétique à l’échelle territoriale et en travaillant au croisement d’échelles spatiale et d’énergie, nous décloisonnons l’approche classique du projet pour préfigurer une évolution de la pratique de la maîtrise d’œuvre vers une intégration plus large des acteurs.

A l’UQAM, du 9 au 13 mai 2016.